Le réel comme unique chemin

Le 30 décembre 2021

Bonjour,

Dans les moments de doutes, ou de tristesse, ou de regret, nous reprochons souvent au réel de n’être pas à la hauteur, comme s’il pouvait ramper à terre, marcher à quatre pattes ou s’élever comme un oiseau…

Nous reprochons souvent au réel d’être différent de nos souhaits, de nos désirs, de nos espoirs, de nos rêves, de tout ce que nous projetons sur la toile tendue là, devant nos yeux, en permanence.

Quelles que soient nos perceptions, le réel « est ». Rien ne devrait être, tout est.
Simplement être est la seule voie ici ; accepter le réel et son impermanence, s’agenouiller devant sa propre impuissance, connaître, chaque heure, le plus petit mouvement de son cœur.

Aller au-devant, infiniment portés par la Vie, que nous soyons forts ou fragiles, calmes ou passionnés, téméraires ou prudents, aimés ou aimants, que nous en soyons une part ou tout cela, en même temps… jusqu’à nous sentir de plus en plus inspirés par accepter et agir, parfois l’affronter parfois en jouir, du réel faire un allié, de l’humanité une entièreté. D’être.

J’imagine souvent chaque être vivant être près d’un autre être tout aussi différent et semblable à la fois, comme un arbre, près d’un autre, l’enlaçant de ses branches, comme une forêt se mirant dans une autre, la caressant de ses feuilles, telle une montagne s’endormant dans les bras d’une autre montagne…

Être nous propose d’oublier le futur, tout futur, car celui-là dort dans l’imaginaire !

Être au présent, s’épanouir maintenant, aimer tout le temps. Nous sommes les possibles de notre humanité. Nous sommes les acteurs, les actrices de notre passage, nous vivons maintenant, d’instant en instant, et rien d’autre. Je vous invite à vivre le réel comme vous le souhaitez, comme vous l’aimez, comme avec lui, réel, vous êtes, à écouter, créer, inventer, vibrer, éclairer, ennoblir, vivre…

Le réel est si fugace, qu’il nous leurre, il est si diaphane, qu’il disparaît, il est si lourd pourtant, qu’ensemble, il nous suffit de l’alléger… s’il n’était, dans ces moments de l’ombre, pas à la hauteur de qui nous sommes ?

Qui a la possibilité de s’élever, de se tenir debout, de marcher ?

Le réel ou l’Humanité ?

Chaque pas posé est le chemin. Chaque mouvement est le voyage. Chaque être vivant est le tout et chaque souffle perpétue la vie… réellement.

Comme dit mon ami Sénèque :

« La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe mais c’est d’apprendre à danser sous la pluie »

Namaste !

Michèle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.